Appel à contributions

Les ‘’coups d’Etat’’ en Afrique de 1960 à 2021 : Typologie, causes, conséquences et pistes de sortie durable.

En mettant en lumière, d’une part, les profondes contradictions, entre les institutions régionales, comme la CEDEAO, les États avec leurs populations et, d’autre part, les révoltes nationales et citoyennes, tout en faisant ressortir la profondeur des inégalités et fragilités sociales et économiques qui minent les sociétés africaines, dans le sens où ils risquent d’aggraver et d’accélérer l’insécurité, qui en constitue la toile de fond, les ‘’coups d’Etat’’ accompagné de leur corolaire les coupures de l’internet lors des évènements politiques ne peuvent être considérés comme de simples revendications dans le cours “normal” d’un monde.

Cette séquence des ‘’coups d’Etat’’ qui touchent présentement le Mali, le Burkina Faso, la Guinée Conakry, la République Centrafricaine et la Guinée Bissau, par exemple, ainsi que des tentatives comme celle de la RDC, dont personne ne peut encore dire quand et comment ils seront refermeront un jour, d’autant plus que, sous leur toile de fond se joue, d’une part, le positionnement en Afrique, le cas du Sahel, des puissances économiques et militaires occidentales et asiatiques, comme la France, la Russie et les Etats-Unis et, d’autre part, les populations africaines composées majoritairement de jeunes appelant, au contraire, à un sursaut de créativité et de mobilisation, pour penser, analyser, concevoir et exercer un agir social radicalement modifié par les relations entre l’Afrique et ses anciennes puissances colonisatrices.

Par ailleurs, les constatations populaires de ‘’printemps arabes’’ et de troisièmes mandats, à travers les changements de constitution ayant fini par impliquer des ‘’coup d’Etat’’, ont des causes, une typologie et des conséquences sur le cours des processus de démocratisation en Afrique, au moment même où le modèle démocratique est en crise en Occident. Cette trame complexe indique toute l’urgence d’esquisser des pistes sectorielles de sortie, pour dégager l’Afrique du statut historique de ‘’ce dont on parle’’ et l’installer dans le statut de ‘’celui qui parle’’.

A cet effet, le caractère inédit de la situation actuelle, marquée par l’expulsion de l’Ambassadeur de France au Mali, réactualise et intensifie le débat sur le ‘’monde d’après’’ ou sur la nouvelle géostratégie mondiale des puissances, renouvelant ainsi la question du changement systémique des constitutions et des transitions qu’il implique dans des domaines aussi variés que les ventes d’armes, des matières premières, de la consommation, du travail des paramilitaires et de la formation militaire, de la solidarité, de la démocratie, de l’alimentation, et du numérique.

Au regard de ces enjeux, comment la Revue AGORA peut-elle contribuer à la réflexion sur les transitions causées par des’’ coups d’Etat’’ et l’insécurité empoisonnant la vie présentement dans les pays africains ?

Rappel de notre fonctionnement

La Revue AGORA est une revue de Sciences politiques, qui reçoit les articles en Français ou en Anglais. Les propositions d’articles (inédits, originaux, pertinents et prospectivistes) peuvent être rédigées en Français ou Anglais et doivent comprendre un résumé, une introduction, un développement cohérent, une conclusion et une bibliographie actualisée suivant les Normes.

Un Article

Un protocole de rédaction : La Revue AGORA est une revue de Sciences politiques, qui reçoit les articles en Français ou en Anglais.

En effet, l’auteur de l’article reçoit un accusé de réception le même jour de l’envoi. Ainsi, les articles reçus font l’objet d’une double évaluation anonyme.
Néanmoins, les décisions finales de publication sont prises de manière collégiale par les membres du Comité de rédaction.

Forme

Les articles sont en Times, corps 12 et ne doivent pas dépasser 25 pages à interlignes 1,5. Chaque article doit être envoyé en deux fichiers Word.

L’un avec le nom de l’auteur, son titre académique ou professionnel. L’autre anonymisé avec le litre, le contenu de l’article. La bibliographie doit apparaître en fin d’article.

Langues

Français.


Résumé : Les articles doivent être accompagnés d’un résumé en français et en anglais d’environ 200 mots. Ils doivent avoir huit mots-clés environ.

Conditions d'envoi

Avant de nous soumettre un article, veillez à bien respecter les normes d’envoi ci-après.

Le Comité scientifique de la revue AGORA procédera à la sélection des meilleures propositions (inédites, originales, pertinentes et prospectivistes) et en informera les auteurs, au plus tard, le 15 septembre 2022.

Contacts

Nos 3 associés sont à votre disposition pour répondre à vos questions, pour des demandes de ventes, abonnements et partenariats.

Julien Bokilo

Allée Henri Wallon 95100, Argenteuil, France
Tel. : +242065000316
Courriel : bokilojulien@gmail.com

Pr. Alioune Badara Diop,

Faculté des sciences juridiques et politiques, Université Cheikh Anta Diop, BP 5005, Dakar Fann
Sénégal.
Tel. : +221772744710
Courriel : alioune.diop@ucad.edu.sn

Yves Paul Mandjem

Tel. : +23777973310
Courriel : yvesmandjem_2006@yahoo.fr

Nous contacter

Paris : +33622539991
/Congo : +242065000316 et +242057240741/
Cameroun : +23777973310/
Sénégal : +221772744710

Nos partenaires :

Institut d’études de Bordeaux (LAM, CED) ; Université Cheik Anta Diop, Université SOA et IRIC, Université Marien Ngouabi.

Retour en haut